Rechercher
  • QBDF

Vendredi 18 décembre


Alexandre Denéréaz " Noël de mon pays "

(texte de Jules Vincent)



Le compositeur : Alexandre Denéréaz


Par ses activités de pédagogue, d’organiste, de chef de chœur et de compositeur, Alexandre Denéréaz a marqué la vie musicale du canton de Vaud durant la première moitié du XXe siècle.

Né le 31 juillet 1875 à Lausanne, Alexandre Denéréaz apprend les bases de la musique en famille. Sa mère est pianiste et son père enseigne le chant et le violon à l’Ecole Normale à Lausanne, dirige l’Union chorale de Lausanne et le Chœur Sainte-Cécile et est membre de la Société cantonale des chanteurs vaudois.

Après ces débuts familiaux dans le monde musical, Denéréaz intègre le Conservatoire de Lausanne dans la classe de piano d’Emma-Georgine Dommer et d’harmonie de Charles Blanchet. Doué pour le dessin, il se destine aux Beaux-Arts mais opte finalement pour la musique, suivant ainsi le désir de son père. Entre 1892 et 1896, il poursuit son cursus au Conservatoire royal de Dresde, où il est l’élève de Felix Draeseke (composition), Karl-Heinrich Doering (piano) et Julius Jannsen (orgue). En 1896, il est lauréat dans cette institution d’un premier prix de composition pour sa Première symphonie, qui est créée, en présence du roi de Saxe Albert Ier, par l’Orchestre du Conservatoire de Dresde placé sous la direction de Draeseke.

De retour à Lausanne la même année, il succède à son ancien professeur Charles Blanchet au poste d’organiste du temple Saint-François, une fonction qu’il occupe jusqu’à sa mort. Les concerts qu’il y monte rassemblent les grands noms de l’époque, dont Pablo Casals (1900, 1904) et Eugène Ysaÿe (1901, 1909). Il s’y produit aussi dans des oratorios avec le Chœur Sainte-Cécile qu’il dirige de 1898 à 1935, date à laquelle il est remplacé par Carlo Boller. Il compose de nombreuses pièces pour cet ensemble.

Toujours en 1896, Denéréaz entre au Conservatoire en tant que professeur d’orgue, puis d’écriture musicale, une fonction qu’il conserve jusqu’à sa mort. Il y forme des générations de musiciens parmi lesquels on compte Ernest Ansermet, Hermann Lang, Charles Mayor et Robert Mermoud. C’est pour sa classe de théorie musicale qu’il écrit un Cours d’harmonie (1937, réédité en 1984).

En 1898, il prend la direction du Chœur d’hommes de Lausanne, qu’il conserve jusqu’en 1935, et celle du chœur d’hommes La Récréation d’Yverdon (probablement jusque vers 1905). En 1900, il est membre fondateur de l’Association des musiciens suisses.

Le 14 avril 1903, sa Cantate pour le centenaire de l’indépendance vaudoise, une commande du Conseil d’Etat vaudois, est créée sous sa direction. A cette occasion, l’orgue que Denéréaz a conçu pour la cathédrale de Lausanne est inauguré. Le texte de cette œuvre de circonstance est dû à la plume de René Morax, qu’il retrouve la même année pour La Dîme, un spectacle dont il écrit la musique de scène. Données dans la remise des tramways de Mézières pour commémorer le premier centenaire de l’entrée du canton de Vaud dans la Confédération, ces représentations rencontrent le succès et mèneront au projet du Théâtre du Jorat, concrétisé par Morax avec Gustave Doret en 1908.

De 1918 à 1945, il est privat-docent d’esthétique musicale à l’Université de Lausanne. Denéréaz est décédé le 25 juillet 1947 à Lausanne.

Plus de 130 œuvres figurent à son catalogue. Composées entre 1895 et 1947, elles recouvrent de nombreux genres : pièces pour piano et pour orgue, musique de chambre, symphonies, poèmes symphoniques et concertos. Il a composé une trentaine de chœur d’hommes, dont Memnon (1947) et La branche de lilas blanc (1921), et une vingtaine de chœurs mixtes. Il est également l’auteur d’ouvrages sur la musique, notamment L’évolution de l’art musical depuis les origines jusqu’à l’époque moderne (1919), La musique et la vie intérieure : essai d’une histoire psychologique de l’art musical (1921) co-écrit avec Lucien Bourguès et Rythmes humains, rythmes cosmiques (1931).

Noël de mon pays est un chœur pour quatre voix d’hommes a cappella avec des paroles de Jules Vincent.


Delphine Vincent


Pour commander la partition:

https://www.fredyhenry-editions.ch




Nous soutenir

Nous nous réjouissons de votre soutien, quel qu'il soit !

Si vous vouliez nous faire un don, voici quelque possibilités d'y parvenir:

Par TWINT, versement ou voie postale à :


Quintette des Barbus de Derrière les Fagots

1926 Fully

Banque Raiffeisen

CH09 8080 8002 6514 7311 7


890 vues